TV - Other

Sleeper Cell S02FRENCH DVTV XVID By SeBFuNiX

  • Download 5x Faster
  • Download torrent
  • Direct Download
  • Rate this torrent +  |  -
Sleeper Cell S02FRENCH DVTV XVID By SeBFuNiX

Download FREE And Anonymously


Torrent info

Name:Sleeper Cell S02FRENCH DVTV XVID By SeBFuNiX

Total Size: 3.09 GB

Magnet: Magnet Link

Seeds: 8

Leechers: 2

Stream: Watch Full Movie @ Movie4u

Last Updated: 2011-02-25 04:56:25 (Update Now)

Torrent added: 2009-08-24 03:42:18



VPN For Torrents

Torrent Files List


Sleeper.Cell.S02FRENCH.DVTV.XVID.nfo (Size: 3.09 GB) (Files: 9)

 Sleeper.Cell.S02FRENCH.DVTV.XVID.nfo

4.15 KB

 Sleeper.Cell.S02E08.FINAL.FRENCH.DVTV.XVID.avi

406.85 MB

 Sleeper.Cell.S02E07.FRENCH.DVDRip.avi

378.45 MB

 Sleeper.Cell.S02E06.FRENCH.DVDRip.avi

374.41 MB

 Sleeper.Cell.S02E05.FRENCH.DVTV.XVID.avi

393.81 MB

 Sleeper.Cell.S02E04.FRENCH.DVTV.XVID.avi

406.77 MB

 Sleeper.Cell.S02E03.FRENCH.DVTV.XVID.avi

394.07 MB

 Sleeper.Cell.S02E02.FRENCH.DVTV.XVID.avi

429.14 MB

 Sleeper.Cell.S02E01.FRENCH.DVTV.XVID.avi

376.38 MB
 

Announce URL: http://tracker.torrent411.com:56969/announce

Torrent description

***ATTENTION*** Afin de télécharger ce torrent, vous devez posséder un compte sur www.torrent411.com et ensuite entrez votre passkey manuellement (http://tracker.torrent411.com:56969/votrepasskeyici/announce) ou re-télécharger le torrent directement sur le site. Merci!

[color=red](¯`·._.·[ Sleeper Cell ]·._.·'¯)[/color]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=AxPc9kL6OOE[/youtube]

Sleeper Cell S02FRENCH DVTV XVID By SeBFuNiX preview 0

Sleeper Cell S02FRENCH DVTV XVID By SeBFuNiX preview 4

Origine de la serie : : Américaine
Titre original : [color=red]Sleeper Cell : American Terror[/color]
Saison : 2
Episodes : 18
Statut : [color=red]terminée en 2006[/color]
Réalisateur : Ethan Reiff, Cyrus Voris en 2005
Acteurs : Michael Ealy, Oded Fehr
Genre : Drame, Action ,Terrorisme
Durée : 60
Date de diffusion : : 15 Septembre 2006

Sleeper Cell S02FRENCH DVTV XVID By SeBFuNiX preview 5

[quote]Plongez au coeur d'une cellule terroriste avec la 2ème saison inédite en exclusivité sur Torrent411. Darwyn est de retour !

Pas de répit pour l'agent fédéral Darwyn Al-Sayeed (Michael Ealy) ! Sorti finalement indemne de sa précédente et périlleuse mission, le héros est à nouveau sollicité par le FBI pour infiltrer une cellule dormante basée à Los Angeles. Une descente aux enfers semée d'embûches commence alors pour lutter contre la menace terroriste.

Après le succès de la première saison, la chaîne câblée américaine Showtime a décidé de donner une suite à la mini-série Sleeper Cell. Un nouveau face-à-face en perspective entre Michael Ealy, qui tient avec brio le rôle de l'agent infiltré, et Oded Fehr, dans celui du méchant ! A noter également la présence de Saïd Taghmaoui (acteur et scénariste français, qui a joué notamment dans La Haine) interprétant le personnage de Hamid dans quelques épisodes de cette deuxième saison.[/quote]

[quote]Sleeper Cell : l'ennemi de l'intérieur

« Amis, voisins, maris... terroristes »
Cette phrase qui figure sur les affiches promo de la série résume à elle seule, le postulat de départ des scénaristes. Et si derrière ces images d'une parfaite intégration sociale se cachait un individu qui, en secret, oeuvre à votre destruction ?

Le thème des agents dormants a toujours été un sujet récurrent et sensible. Dans la paranoïa ambiante, les assimilations et amalgames faciles générées par la peur régissant une société américaine post-11 septembre, il trouve forcément un écho particulier. Récemment, dans cette même ville de Los Angeles où se situe Sleeper Cell, une autre série avait tenter d'aborder ce thème. Cela donnait un terrorisme familial, tombant dans la caricature d'une famille d'origine turque qui derrière les volets clos de sa maison banlieusarde préparait des attentats contre cette société où elle apparaissait intégrée. Cette vision de cellule dormante avait soulevé la polémique aux Etats-Unis, amenant la Fox à diffuser un message durant une pause publicitaire lors d'un épisode pour souligner que les musulmans américains condamnaient également le terrorisme. Que ces accusations d'encourager une certaine islamophobie aient été ou non justifiées, Sleeper Cell prend radicalement ses distances avec cette saison 4 de la série 24. Sa force est de se détacher de cette optique, le câble aidant probablement à la liberté de ton, pour proposer un traitement sans doute plus proche d' `Etat d'Urgence' (The Grid), voire de docu-fictions britanniques comme `The Hamburg Cell'.

Malgré ce traitement scénaristique moderne qui a subi et pris acte de 2001, ce n'est pas le 11 septembre qui vient à l'esprit du téléspectateur. La série était déjà en tournage en juillet 2005 lorsque les attentats de Londres eurent lieu. Contrairement à ceux de New York et de Madrid, où les terroristes venaient tous de pays étrangers, les quatre auteurs des attentats-suicides de Londres étaient des citoyens britanniques à part entière, issus de pays du Commonwealth et ayant toujours vécu au Royaume-Uni. Des terroristes dont leurs voisins après coup ne pouvaient concilier l'image qu'ils avaient de l'individu tranquille occupant la maison d'en face, aux images de désolation de bus éventrés au centre-ville de la capitale britannique.

C'est de cette peur que la série choisit de traiter. Avec le risque d'entretenir, voire d'attiser, la paranoïa ambiante ? Ce n'est pas un de ses objectifs. En effet, en prenant sur elle de se démarquer du réductionnisme trop souvent rencontré, la série fait oeuvre de pédagogie, dressant un état des lieux des sources et du terrorisme islamiste.

Par cet effort de réalisme et de nuance, Sleeper Cell est une série qui sort du lot et qui mérite à ce titre d`être vue. Le personnage principal, Darwyn Al-Fayeed, en constitue le fil conducteur, apparaissant en révélateur d'un monde d'amalgames et de raccourcis (I). Cependant, le parti pris de la série s'avère à double tranchant, louable d'un côté, mais ne manquant pas de susciter également des réserves (II).
I - Darwyn, fil conducteur et révélateur d'un monde d'amalgames

Le regard de Darwyn permet d'introduire une perspective particulière conférant à la série un véritable rôle pédagogique, tant au sein de l'Islam (A) que de la société américaine de façon plus générale (B).
A - Au sein de l'Islam

Le postulat de départ de la série, constamment réaffirmé, comme si les scénaristes craignaient de s'en écarter, est un refus revendiqué d'assimiler Islam et terrorisme. Cette volonté de différenciation s'exprime à différents niveaux.

En premier lieu, elle se retrouve dans le choix du héros de la série, un agent du FBI s`infiltrant au sein de la cellule, qui, surtout, est musulman croyant et pratiquant. Ces qualités synthétisent en une symbolique assumée le message de la série.

Au-delà de la simple portée symbolique, les scénaristes développent à partir de cette fondation des situations atypiques, utilisant le regard de Darwyn pour stigmatiser différents maux et balayer des préjugés tenaces. L'épisode le plus emblématique est « Scholar » (quatrième épisode de la saison 1). Les membres de la cellule vont assister au prêche d'un Imam Yéménite de passage à Los Angeles. La particularité du religieux est de prôner une interprétation très différente de l'Islam qui s'oppose ouvertement à celle sur laquelle les extrémistes se fondent pour revendiquer leurs actes. Le cheik n'hésite pas à faire du prosélytisme contre eux. Il a l'intention de délivrer une fatwa contre les personnes qui soi-disant se disent musulmans, comme les membres de la cellule dormante. Mais Farik, celui qui dirige les opérations à Los Angeles, a reçu comme instruction d'éliminer le religieux avant qu'il ne puisse mettre son projet à exécution. L'épisode tourne autour d'une opposition interne à l`Islam, insistant sur les différences, les oppositions, et ce pour mieux relayer le postulat de départ de la série et de différencier terrorisme et Islam.

La série pousse même la nuance jusqu'à introduire des nuances au sein même des groupements dit « terroristes ». Chacun a des intérêts propres, des motivations personnelles, au-delà du simple aspect religieux. Cet aspect est souligné dans l'affaire du jeune indonésien que Farik accuse -à tort- de l'avoir doublé dans la récupération de matériel pour préparer les attentats. On retrouve la nuance également auprès d'un autre jihadiste rencontré à Los Angeles. Ce dernier, ancien combattant auprès de Farik durant la guerre de Bosnie, s'il entraîne des individus pour les envoyer combattre les américains en Irak, condamne aussi le meurtre de civils innocents et ne se considère en guerre que contre les soldats de cette Amérique tant haïe.

La série s'efforce de démontrer, comme le résume Darwin à son agent de liaison au FBI, que « ce n'est pas seulement une guerre contre le terrorisme, c'est une guerre au sein de l'Islam. » Darwyn permet de mettre en perspective la situation tout en donnant au téléspectateur les moyens de comprendre cette mise en perspective. Témoin extérieur des évènements, l'incompréhension des autorités américaines ne nous apparaît alors que exacerbée.

La série permet d'ouvrir un second aspect dans son oeuvre pédagogique : la vision de l'Islam au sein de la société américaine.
B - Au sein de la société américaine

Malgré les avertissements et les injonctions de Darwyn, nous assistons aussi impuissant que lui aux tergiversations du FBI qui se refuse à prendre les mesures nécessaires pour sauver le cheik Yéménite des projets d'assassinat de Farik. Sa mort souligne pour la première fois dans la série le fossé existant entre Darwin et ses collègues. S'ils sont dans le même camp, la différence de perspective sur cette guerre contre le terrorisme apparaît soudain criante.

Instinctivement, le FBI se montre suspicieux envers tout religieux pratiquant et ne perçoit pas du tout les différents courants de croyance et d'interprétation qui peuvent se faire jour au sein de l`Islam. Or cette assimilation de l'ensemble sous ce terme finalement si générique d`Islam qui recouvre des vérités et des réalités si opposées, ne fait que mettre en exergue l'incompréhension des autorités devant la véritable portée de l'intégrisme et ses moyens et sources de développement.

Cette vue sans nuance ne s'exprime pas seulement auprès des officiels. Pour symboliser les graines insidieuses d'une islamologue rampante exacerbée depuis les attentats du 11 septembre auprès d'une certaine partie de la population américaine, la série utilise la rencontre de Darwyn avec le beau-frère d'une femme avec laquelle il se lie lors de sa mission d'infiltration. Dans ses paroles violentes, volontairement excessives et caricaturales, les scénaristes utilisent l'homme comme révélateur d'un comportement qu'ils condamnent en soulignant le ridicule des propos qu'il tient envers Darwyn, dont il ignore la qualité d'agent du FBI, un agent qui lutte justement bien plus qu`il peut l`imaginer contre ce qui suscite cette peur si marquée chez le beau-frère.

La série s'attaque également à la société américaine et ses ignorances, utilisant quelques scènes de pure pédagogie pour mettre à mal les préjugés. Un parfait exemple est une scène où un Sikh est violemment pris à parti par un individu, qui, se méprenant sur le port de son foulard, croit agresser un musulman. L'intervention de Christian différencie de façon drastique les deux religions entre lesquels on ne saurait ignorer les tensions. La série pointe avec ce passage les crimes haineux qui ont lieu envers la communauté Sikh américaine et qui se fondent sur cette assimilation couramment répandue, une ignorance qui souligne encore plus profondément l'absurdité de telles attaques contre n'importe quelle communauté religieuse, démontrant s'il en était besoin l'ignorance et le décalage de beaucoup d'individu par rapport à la réalité.

La série se veut par moment une photographie de la société américaine, mais pas seulement dans une approche strictement sociale. En effet, la tristement célèbre base militaire, reconvertie en prison, de Guantanamo est évoquée à plusieurs reprises. Zone de non droit, de non reconnaissance des prisonniers à qui sont conférés un statut ad hoc, elle y est dénoncée avec force. Les scénaristes choisissent de souligner la démagogie du raisonnement sur laquelle elle se fonde en mettant en lumière l'effet contre-productif extrême qu'elle peut générer. Est évoqué le cas d'un jeune Afghan, emprisonné par erreur dans ce lieu, il y découvrit la haine contre l'Amérique et plus encore l`extrémisme. Il symbolise l'échec de la politique de lutte contre le terrorisme de l'administration américaine, qui, dans son combat, crée finalement de nouveaux terroristes. Le destin tragique de ce jeune Afghan, que Darwyn essaye en vain d'extraire à ce monde qui s'est présenté à lui par défaut, accentue le sentiment de malaise et de gâchis du téléspectateur.

C'est donc par un traitement tout en nuance que la série choisit d'aborder la réalité du terrorisme islamique. Cependant, si cette recherche pédagogique fait la force de la série, elle en constitue également la faiblesse. En effet, cet aspect explique les réserves que le téléspectateur peut poser envers la série.
II - Les réserves soulevées face au parti pris de la série

La série peut s'avérer difficile à regarder pour le téléspectateur, sur deux plans sur lesquels elle souleva une polémique aux Etats-Unis : le risque d`humanisation des terroristes (A) et l`utilisation d`une violence sans garde fou (B).
A - Le risque d'humanisation des terroristes

Toute la série tourne autour des membres d'une cellule terroriste dormante, dans la préparation d'un attentat, mais également dans la vie de tous les jours. C'est cette approche qui peut rebuter. Veut-on pouvoir mettre un visage sur des individus qui s'apprêtent à commettre l'irréparable, l'impardonnable ? Veut-on vraiment connaître ces gens, voir exposer devant nous leurs réelles motivations ? A vouloir nous introduire dans la vie de personnages qui symbolisent une des peurs les plus vivaces et proches de ce début de XXIème siècle, n'y-a-t-il pas un risque d'humaniser l'inhumain ? Cette interrogation avait introduit la polémique aux Etats-Unis avant la diffusion de la série. Un sujet aussi sensible ne pouvait laisser indifférent. Cependant, une fois la série visionnée, il convient de relativiser ces craintes initiales. En effet, dans leur fanatisme, leur froide détermination et parfois leurs affirmations proprement abjectes, le téléspectateur ne crée aucun lien avec les personnages terroristes. Il ne ressent que mépris face à la bêtise brutale de Christian. Il ne parvient pas à comprendre comme Tommy, un américain issu d'une famille d'universitaires fortunés, peut se laisser aveugler par un extrémisme si primaire, par tant d`inculture. Il enregistre l'information du massacre de la famille d'Ilja en Bosnie, mais la froide détermination de ce dernier écarte sans hésitation toute potentielle empathie.

Si l'humanisation via la personnalisation des terroristes semble écarter, un autre aspect de la série peut provoquer une certaine gêne chez le téléspectateur. Un malaise auquel le téléspectateur est très vite confronté, dès le premier épisode de la série. Un des terroristes organise une petite fête pour l'anniversaire de sa fille. Il a invité des voisins, des amis et parmi ces « amis », les autres membres de la cellule. A première vue, on assiste à une réunion festive classique. Rien ne semble la différencier, en apparence du moins, de toutes les fêtes d'anniversaire données en l'honneur d'une petite fille issue de la middle-class américaine. Rien ne semble pouvoir amener les soupçons sur ce père de famille, intégré socialement. Le mensonge est plus prononcé pour le personnage de Farik, qui a un travail, mais surtout qui se fait passer pour un juif, se rend à la synagogue et va même jusqu'à jouer les entraîneurs sportifs pour une équipe de jeunes garçons juifs. L'illusion est savamment entretenue.
La série n'encourage-t-elle pas alors la méfiance envers autrui, la légitimation d'une forme de paranoïa en mettant en scène des individus qui sont des « amis, des voisins, des pères... des terroristes » ?
Cela interpelle d'autant plus que les scénaristes ont voulu marquer par la diversité les origines des différents membres de la cellule. Seul Farik est originaire d'un pays Arabe et peut donc incarner l'image stéréotypée répandue du terroriste islamiste. Ilija est bosniaque, donc européen. Christian est français. Tommy est américain. Ils incarnent véritablement cette ombre indéfinie, mais tellement crainte dans les sociétés occidentales, celle de l'ennemi de l'intérieur. C'est cette personne qui peut franchir les frontières du pays sans être soupçonné a priori, qui peut circuler et se fondre dans la société qui l'entoure.

La série exacerbe-t-elle réellement les peurs ou cet aspect ne trouve-t-il vraiment écho que chez des personnes déjà sujettes à cette forme d'inquiétude ? Il est sans doute difficile de donner une réponse uniforme, chaque téléspectateur ayant sa propre perception et analyse de ce qu'il regarde. Cependant, la série cherche à retranscrire une réalité, sans l'édulcorer, ni mise en scène excessive. C'est au téléspectateur de décider ce qu'il choisit de retenir de cette vérité brute qui ressort d'un ton parfois documentaire de la série, tandis qu`un autre aspect de la série peut le déranger.
B - L'utilisation d'une violence sans garde fou

Sleeper Cell est une série qui doit être vue par un public averti. Il n'y a pas de surenchère dans la violence, ni d'effet dramatique factice. C'est une violence sans garde-fou, à la fois sobre et brutale, pour une intensité à travers l'écran qui n'en est que plus exacerbée.

Le pilote contient sans doute une des scènes les plus insoutenables de la série, qui donne véritablement le ton qui sera adopté par la suite. Le père de famille qui avait organisé la fête d'anniversaire pour sa fille, dont il a été fait mention précédemment, s'est vanté au téléphone de leurs projets en préparation à un oncle en Égypte. Farik conduit tous les membres de la cellule en dehors de la ville. Il leur annonce, sans émotion, qu'il y a un traître parmi eux et leur fait creuser un trou qui sera sa future tombe. Mais la scène à laquelle on assiste n'a rien d'une exécution mafieuse `classique'. Après lui avoir cassé la jambe, l'homme est enterré vivant, seul sa tête dépasse. Le téléspectateur assiste écoeuré à sa mise à mort par lapidation. Scène insoutenable également pour Darwyn qui finit par abattre l'homme d'une balle dans la tête, ne pouvant supporter le spectacle dont il doit être un des acteurs.

Si ce sera la scène la plus marquante, vraiment particulière à cette série, la violence restera par la suite omniprésente, mais à des degrés divers. Lorsqu'un policier un peu trop curieux se met à poser des questions au sujet de Darwyn, Farik pour le tester et déterminer si par quelques imprudences, il n'a pas compromis leurs plans, le torture par électrocution jusqu'à atteindre les limites de l'agent du FBI et se persuader que, non, Darwyn n'a pas trop parlé. Il n'y a rien de personnel dans le comportement de Farik qui semble agir uniquement dans la perspective des attentats.
Dépersonnalisée, quasi-clinique, la violence cesse aussi vite qu'elle est arrivée.

Les excès d'agressivité de Tommy, la brutalité de Christian, sont à plusieurs reprises traités. Pourtant, ce sont des scènes auxquels le téléspectateur n'assiste pas, qu'un média ou un personnage raconte, qui choquent le plus. Dans le pilote, Darwyn est assigné à la surveillance d'une jeune fille qui se rend à des soirées cachette de ses parents. Il rend compte de ce qu'il a vu à Farik sans imaginer de conséquences réelles à son témoignage. Ce n'est qu'après qu'il apprend à la télé que le père de l'adolescente qu'il avait suivie l'a poignardée à mort. Un « crime d'honneur » comme ils l'appellent. Ce père avait demandé à Farik de simplement vérifier ses soupçons.

L'intensité de cette violence seulement suggérée est volontaire. Les scénaristes nous introduisent par elle dans l'atmosphère très spécifique à la série, ouvrant une porte vers un microcosme, un monde dont on peine à imaginer les fondements et les raisonnements qui le gouvernent.
Conclusion

L'option réaliste, quasi-documentaire par moment, pour une approche volontairement nuancée d'un sujet si sensible mérite de s'arrêter sur cette série dont Showtime a commandé une seconde saison.
Et ce, même si au rang des détails futiles, le téléspectateur français pourra constater que si les scénaristes étaient bien informés sur leur sujet principal, il en est allé très différemment concernant Christian, le terroriste français, qui, lui, n'échappe ni aux clichés, ni aux erreurs factuelles quand il s'agit de se référer à son pays d'origine. Pour autant, au fil de la série, cela prête surtout à sourire, en aucun cas est-ce un obstacle pour apprécier cette série qui mérite d'être vue. [/quote]

Sleeper Cell S02FRENCH DVTV XVID By SeBFuNiX preview 1

[quote]Titres des Episodes : Saison 2(2006)

Episode 1 Al-Baqra : l’esprit sain
Episode 2 Le Boucher
Episode 3 La Torture
Episode 4 Foi
Episode 5 Foyer
Episode 6 Ecole
Episode 7 Fitna : la discorde
Episode 8 Réunion
[/quote]

Sleeper Cell S02FRENCH DVTV XVID By SeBFuNiX preview 6

Qualité : DVDRiP
Format : XviD
Langue : Français
Nombre de fichiers : 8 Fichiers
Taille des fichiers : 380 Mo
Taille totale : 3080 Mo

Sleeper Cell S02FRENCH DVTV XVID By SeBFuNiX preview 7

[color=red]Total du post: 3080 Mo[/color]

Sleeper Cell S02FRENCH DVTV XVID By SeBFuNiX preview 2
Sleeper Cell S02FRENCH DVTV XVID By SeBFuNiX preview 3

[size=3][color=orange]Retrouvez tous mes uploads (films, series essentiellement) ICI[/color][/size]

related torrents

Torrent name

health leech seeds Size
 


comments (0)

Main Menu

 

script data-cfasync="false" src="//d2ghscazvn398x.cloudfront.net/?cshgd=690275">