Other

KEN LE SURVIVANT FRENCH DVDRIP DIVX [ avi

  • Download 5x Faster
  • Download torrent
  • Direct Download
  • Rate this torrent +  |  -
KEN LE SURVIVANT FRENCH DVDRIP DIVX [ avi

Free and Direct Download with Usenet.nl 300GB+ free


Torrent info

Name:KEN LE SURVIVANT FRENCH DVDRIP DIVX [ avi

Total Size: 701.04 MB

Magnet: Magnet Link

Seeds: 0

Leechers: 0

Stream: Watch Online @ Movie4u

Last Updated: 2012-09-23 11:38:02 (Update Now)

Torrent added: 2009-08-24 01:35:54





Torrent Files List


KEN.LE.SURVIVANT.DVDRIP.DIVX.[www.miragetorrent.com].avi (Size: 701.04 MB) (Files: 1)

 KEN.LE.SURVIVANT.DVDRIP.DIVX.[www.miragetorrent.com].avi

701.04 MB
 

Announce URL:

Torrent description

Venez sur http://miragetorrent.com/ pour telecharger plein de films en francais !!!


(¯`·._.·[ KEN.LE.SURVIVANT.:.LE.FILM.HOKUTO.NO.KEN. ]·._.·´¯)



PAS MOINS DE 10 ANS

INFOS SUR LE FILM

Origine du film : Japon
Réalisateur : Toyoo Ashida
Genre : Manga
Durée : 1H44Mns
Date de sortie : 1986
Année de production : 1986
Titre Original : KEN LE SURVIVANT : LE FILM FIST OF THE NORTHSTAR
[b]Distribué par : ?

SYNOPSIS DU FILM

L’homme est allé trop loin et a engendré sa perte. L’apocalypse tant redoutée a donc eu lieu et rares sont les hommes qui ont survécu. Parmi ceux-ci se

trouve Kenshirô, unique héritier de l’école Hokuto Shinken dont le titre est ardemment convoité par ses deux frères d ‘adoption, Jagi et Raoh. Plus lâche,

Jagi pervertira l’esprit malléable de Shin pour arriver à ses fins alors que Raoh, monstre quasi-invincible, tentera de prendre le pouvoir par la

force…

[Click image to view full size]

COMMENTAIRES
Manga à succès dès 1983, «Hokuto No Ken» (littéralement «Le poing de la Grande Ourse») deviendra bien vite une série animée sous l’impulsion de la

Tôei. Les aventures sanglantes de Ken éclabousseront donc les jeunes téléspectateurs nippons dès 1984 avec, là encore, un engouement indiscutable. La Tôei

Animation décide donc de poursuivre sur sa lancée et de partir à la conquête des salles obscures. Le 8 mars 1986 verra alors l’arrivée sur les grands écrans

japonais du long métrage d’animation KEN LE SURVIVANT dont il est question ici… A cette époque, le manga et la série animée qui en découle sont loin d’être

terminés. Le film ne se focalisera par conséquent que sur la première des trois «périodes» du manga. Cette première portion du récit débute lors de la

fameuse apocalypse et s’étend jusqu’à l’affrontement entre Ken et son demi-frère Raoh. Malgré cette restriction, le récit reste très dense et difficilement

adaptable sur la durée d’un seul film. Les mésaventures de Ken seront donc assez lourdement élaguées et verront disparaître bon nombre de personnages plus ou

moins secondaires. Rappelons par exemple que Ryûken est père adoptif et grand Maître de quatre enfants : Kenshiro, Raoh, Toki et Jagi. Alors qu’ils ont tous

un rôle d’importance dans le manga, le film animé fera totalement fi du personnage de Toki, pourtant le plus puissant des quatre frères. Dans le même ordre

d’idée, le métrage réduira considérablement le nombre de disciples de l’école sacrée de Nanto. De six (nommés les «six poings sacrés de Nanto»), ils

passeront donc à trois. Seuls resteront donc Rei, ami de Ken, Julia, fiancée de Ken, et Shin, le redoutable adversaire responsable des sept cicatrices

visibles sur le torse du héros. Nombreux sont par ailleurs les «bad-guys» dont le rôle devient ici très anecdotique… Reconnaissons malgré tout qu’au final,

même s’il s’avère déroutant, le scénario de cette adaptation de 106 minutes rédigée par Susumu Takaku tient ses promesses et respecte au mieux le travail

d’origine de Buronson.


A l’époque de son arrivée en France et de son passage au Club Dorothée, la série animée KEN LE SURVIVANT fut le cheval de bataille d’une véritable

croisade anti-animation japonaise. Les arguments avancés visaient alors la violence graphique et la laideur des images. Manifestement très perturbé par ce

qu’il voyait et ne cherchant probablement pas à comprendre, Philippe Ogouz, comédien et doubleur de son état, accepta de prêter sa voix à la série (et plus

particulièrement à Ken) à condition de pouvoir y apporter une «touche personnelle» visant à désamorcer la cruauté des images. Cela se traduira par un

doublage catastrophique, très irrespectueux mais en réalité si décalé qu’il fera le bonheur des jeunes spectateurs et restera ancré dans les mémoires…

Quelques années plus tard, le long métrage aura à subir, dans une mesure bien moindre, les mêmes affronts de la part de la même équipe de doublage. Quelques

dialogues «déroutants» tentent ainsi d’amoindrir l’impact des séquences les plus violentes mais, en réalité, rien n’y fait. Le film d’animation KEN LE

SURVIVANT est particulièrement saignant et ce malgré l’autocensure pratiquée par la Tôei (contre-jours, dégradations graphiques, flous, saturation des

couleurs, etc...). Les têtes sont fendues à l’arme blanche, les corps explosent suite au touché expert de Kenshirô et les actes de barbarie se multiplient

pour un spectacle allant même bien au-delà de ce qui était montré dans le manga. Buronson, scénariste de l’oeuvre d’origine, sera même particulièrement déçu

à la vue d’une adaptation qu’il juge «déplorable» car délaissant (effectivement) la psychologie des personnages au profit de nombreuses gerbes

rougeoyantes…


Comme dit précédemment, la violence ne fut pas le seul «problème» soulevé par les associations familiales françaises. La «laideur» (très suggestive)

des images fut elle aussi mise en cause lors de l’arrivée de la série sur le sol hexagonal. Il est vrai que dans sa version télévisuelle, KEN LE SURVIVANT

souffrait d’une animation plutôt simpliste et d’un graphisme relativement épuré. Même si les techniques paraissent aujourd’hui datées, le long métrage

palliait sans mal à ces deux problèmes et proposait au spectateur un visuel bien plus riche. Si l’aspect des personnages gagnait indiscutablement en détails,

c’est essentiellement les arrières plans qui bénéficiaient d’un véritable lifting salvateur. Bon nombre d’effets visuels, souvent novateurs pour l’époque,

mettaient ainsi en valeur les personnages mais aussi la violence irréelle de leurs attaques. A sa manière, le film KEN LE SURVIVANT parvient donc à

retranscrire en animé la puissance d’acteurs aussi charismatiques que Bruce Lee ou Sonny Chiba. La dimension martiale du métrage prend alors toute sa valeur

même si, bien évidemment, c’est ici l’action qui prime face à la philosophie des différentes écoles…


Aujourd’hui encore, malgré une esthétique accusant son âge et une simplification sans doute inévitable du récit, KEN LE SURVIVANT reste un film

d’animation tout simplement hors normes. Riche d’une certaine intensité dramatique, d’une importante galerie de personnages et d’un héros inoubliable, le

métrage de Toyoo Ashida s’impose comme un incontournable du film d’animation mais aussi du genre Post-apocalyptique. Mais pas seulement, car si KEN LE

SURVIVANT évoque bien évidemment MAD MAX 2 dans sa forme (étendues désertiques, désolation, hordes de punks, etc...), c’est d’avantage du côté de Bruce Lee

(mouvements, cris, stoïcisme, etc...) et de la série KUNG FU que le récit ira puiser une essence spirituelle et même philosophique sans lesquelles le succès

n’aurait sans doute pas été le même. Devant une mixtion des genres aussi réussie, nous ne pourrons dès lors que pardonner une violence graphique virant

nettement au grand-guignolesque et jouant quelque peu la carte de la surenchère aisée…


Terminons ce petit tour d’horizon en évoquant deux des soucis notables de l’édition précédente. Ainsi, après le combat final (à "1:36:30" précisément),

la piste japonaise cédait la place à l’alternative française et ce en raison du fameux «problème» de la fin alternative. Mais le plus inquiétant était qu ‘une

fois ce court dénouement achevé (à "1:38:35", le film devenait définitivement muet sur une durée d ‘environ six minutes et trente secondes. Ces deux soucis

sont totalement gommés de la très respectueuse nouvelle édition qui s ‘impose de fait comme celle à posséder.

[Click image to view full size]


[Click image to view full size]


[Click image to view full size]


[Click image to view full size]





INFOS SUR L ‘UPLOAD

Qualité : DVDRIP
Format : DIVX
Langue : Français
Sous-titre : Aucun
Nombre de fichiers : 1 Fichiers
Taille totale : 701 Mo

Total du post :701 Mo

ENCODAGE



Nom complet : KEN.LE.SURVIVANT.DVDRIP.DIVX.[www.miragetorrent.com].avi
Format : AVI
Format/Info : Audio Video Interleave
Taille du fichier : 701 Mio
Durée : 1h 44mn
Débit global moyen : 934 Kbps
Application utilisée : Nandub v1.0rc2
Bibliothèque utilisée : Nandub build 1853/release

Vidéo
Format : MPEG-4 Visual
Identifiant du codec : DIV3
Identifiant du codec/Suggestion : DivX 3 Low
Durée : 1h 44mn
Débit : 796 Kbps
Largeur : 576 pixels
Hauteur : 432 pixels
Format à l ‘écran : 4/3
Images par seconde : 25,000 Im/s
Résolution : 24 bits
Bits/(Pixel*Image) : 0.128
Taille du flux : 598 Mio (85%)

Audio
Format : MPEG Audio
Version du format : Version 1
Profil du format : Layer 3
Identifiant du codec : 55
Identifiant du codec/Suggestion : MP3
Durée : 1h 44mn
Type de débit : Constant
Débit : 128 Kbps
Canaux : 2 canaux
Echantillonnage : 44,1 KHz
Résolution : 16 bits
Taille du flux : 96,1 Mio (14%)
Alignement : Eparpillé à travers les interleaves
Interleave, durée : 40 ms (1,00 image vidéo)
Interleave, d. de pré-chargement : 500 ms







PREZ BY ORCO95

related torrents

Torrent name

health leech seeds Size
 

comments (0)

Main Menu